Education Santé  

Actualités

Actu du mois

Lettre d'infos

Conseils d'utilisation des outils pédagogiques

Après-midi
découverte d'outils

Conseils personnalisés

Ressources documentaires

Pédagothèque

Espace documentaire

Liens utiles

retour à la page principale éducation santé
retour au menu principal éducation pour la santé

retour à la page d'accueil du site
retour à la page d'accueil

ACTU DU MOIS
Mars 2011

DYS : 3 lettres qui sèment le trouble...

Un enfant qui bafouille, inverse les lettres, ne comprend pas le sens des mots ou qui a des difficultés pour manipuler des dates, des heures, des mesures, des symboles mathématiques ...
A-t-il du mal à se mettre à la lecture ? Est-il simplement fâché avec les chiffres ? N’en voit-il pas l’intérêt ou serait-il sujet à des troubles dys ?

"Dys" derrière ces lettres sont regroupés différents troubles cognitifs qui affectent les apprentissages précoces : langage, geste... (dyslexies, dysphasies, dyspraxies,...), d’autres affectent plus spécifiquement les apprentissages scolaires comme le langage écrit, le calcul, (dysorthographies, dyscalculies, ...)

Ils ont des répercussions sur la vie scolaire, professionnelle et sociale, et peuvent donner lieu à de véritables souffrances.

Leur repérage, leur dépistage et leur diagnostic sont déterminants. En France on parle de 6 à 8% de troubles dys. 4 à 5 % des élèves d’une classe d’âge sont dyslexiques, 3% sont dyspraxiques et 2% sont dysphasiques.
(source : www.ffdys.com)

Un plan d’action interministériel, lancé le 5 juillet 2000, présente des mesures de prévention et d’adaptation pédagogiques, valables pour tous les élèves porteurs d’un trouble spécifique du langage oral et écrit. Depuis son lancement, de nombreuses ouvertures de classes spécialisées en primaire et au collège ont vu le jour.

Les troubles dys se regroupent six catégories :

  • Les troubles spécifiques de l’acquisition du langage écrit, appelés dyslexie et dysorthographie.
  • Les troubles spécifiques du développement du langage oral, appelés dysphasie.
  • Les troubles spécifiques du développement moteur et/ou des fonctions visuo-spatiales, appelé dyspraxie.
  • Les troubles spécifiques du développement des processus attentionnels et/ou des fonctions exécutives, appelés troubles d’attention avec ou sans hyperactivité.
  • Les troubles spécifiques des activités numériques, communément appelés dyscalculie.
  • Les troubles spécifiques du développement des processus mnésiques.

Le repérage des troubles dys

Ils sont difficiles à repérer car ils apparaissent au cours du développement de l’enfant qui ne présente pas particulièrement de déficit intellectuel, de déficit sensoriel, de trouble moteur, de trouble psychologique grave. Ils se confondent souvent avec les difficultés liées à l’apprentissage qui diffèrent d’un enfant à l’autre, certains apprenant vite, d’autres nécessitant plus de temps.

Ils se repèrent au moment où quelqu’un (parent ou une personne de son entourage, l’enseignant, ...) identifie des difficultés dans le développement de l’enfant. Par exemple : il parle mal, a des difficulté à apprendre à écrire, à lacer ses chaussures, à boutonner un vêtement seul...

Généralement :

  • le trouble est durable,
  • le retard est un décalage chronologique dans les acquisitions.

Le dépistage

Si les difficultés persistent, l’enfant doit consulter des professionnels compétents pour effectuer un premier dépistage sous forme de tests rapides pour établir un diagnostic permettant de différencier un simple retard d’un trouble durable. Il peut être réalisé par les médecins du centre PMI (Protection Maternelle et Infantile) et/ou les médecins scolaires, le pédiatre.

Le diagnostic

La démarche diagnostique s’appuie sur un bilan complet à la recherche du "dys" mais aussi de troubles auditifs, visuels... Il sert à déterminer la nature et l’intensité du trouble.  

Un bilan spécialisé très approfondi peut-être nécessaire. Il sera réalisé par des spécialistes : médecins rééducateurs, pédiatres, neurologues, orthophonistes, ergothérapeute, psychologues...

Chaque bilan a sa spécificité :

  • bilan ergothérapique : motricité, perceptions visuelles et tactiles, organisation spatiale, autonomie de vie quotidienne...)
  • bilan neuropsychologique : processus mentaux propres à la personne, mémoire à court et à long terme, l’attention, le langage oral et écrit,
  • bilan orthophonique : langage oral, langage écrit, raisonnement logico-mathématique.
  • bilan pédopsychiatrique : troubles du développement psycho-affectif ou psychologique comme l’anxiété ou les états dépressifs.
  • bilan neurologique pédiatrique : il se déroule sous forme d’entretien avec un examen clinique et des tests de dépistage. Des bilans complémentaires neurobiologiques ou génétiques peuvent être aussi demandés.

Détecter les troubles Dys est possible à n’importe quel âge. Plus tôt ils sont détectés, plus tôt sont mises en place les aides appropriées, thérapeutiques, pédagogiques et techniques pour aider les personnes atteintes à  bénéficier des mesures d’accompagnements nécessaires et  à mieux s’insérer dans la vie.

Le projet d’accompagnement

Une fois le diagnostic posé, le projet d’accompagnement sera défini en fonction des difficultés et des besoins de l’enfant pour lui permettre de mieux vivre au quotidien.

Il peut relever du domaine pédagogique (de l’équipe enseignante). Des aménagements spécifiques formalisés par le biais d’un Projet Personnalisé de Scolarisation peuvent ouvrir droit à :

  • des aménagements scolaires (voir avec l’enseignant)
  • des aides en matériel (attribution d’outils informatiques permettant de les aider, logiciel d’aide à la lecture, à l’écriture, au dessin ...),
  • l’attribution d’une Auxiliaire de Vie Scolaire,
  • l’orientation en CLIS (classe d’intégration scolaire) ou en collège  en UPI (unité pédagogique d’intégration),
  • l’orientation vers un établissement spécialisé.

Il peut relever du domaine des soins, impliquant plusieurs professionnels : médecins, psychologues, orthophonistes, ergothérapeutes, psychomotriciens, orthoptistes...

Par exemple, dans le cas d’une dyslexie, le travail intensif avec un orthophoniste consistera à apprendre à identifier, séparer, permuter, modifier, retrancher, ajouter, épeler des sons, en associant différentes méthodes (gestes, couleurs...) et prendre conscience de ses propres ressources pour éviter les jugements pénalisants...

Les aides financières

Il est possible d’obtenir une prise en charge financière d’une partie des soins non remboursés par la Sécurité  Sociale dans le cadre d’une allocation d'éducation de l'enfant handicapé (AEEH) destinée à compenser les frais d'éducation et de soins apportés à un enfant handicapé. C’est aux parents d’effectuer la demande de reconnaissance du handicap et de s’adresser à la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH).

Les troubles « dys » ne sont pas forcément néfastes au développement de l’enfant s’ils sont détectés assez tôt. La dyslexie n’est pas un mal occidental.  On trouve des dyslexiques dans le monde entier et certains sont devenus célèbres comme Albert Einstein, Léonard de Vinci, Pablo Picasso ...

Illustrations : Troubles "dys" de l’enfant : guide ressources pour les parents (Inpes)

Pour en savoir plus

La fédération française des dys
http://www.ffdys.com

Les maisons départementales des personnes handicapées :

Bas-Rhin :
http://www.bas-rhin.fr/etre-accompagne/personnes-handicapees -maison-departementale-des-personnes-handicapees-mdph

Haut-Rhin :
http://www.solidarite.cg68.fr/Solidarite_PH_MDPH.aspx

Moselle :
http://mdph57.fr/jahia/Jahia/aide_personne/pid/12

PPS (Projet Personnalisé de Scolarisation) sur le site du Ministère de l'Education :
http://www.education.gouv.fr/cid207/la-scolarisation-des-eleves-handicapes.html

Brochures :

  • Troubles "dys" de l’enfant : guide ressources pour les parents (Inpes)
  • L’évolution du langage de l’enfant. De la difficulté au trouble (Inpes)

Dossier :

  • Enfants dys : Rééduquer et soutenir in : L’Ecole des parents, n° 587, Nov-déc. 2010. P. 18 - 36
  • L’indéchiffrable dyslexie in : Sciences Humaines, n°214, avril 2010. P.20-25

  • Des livres qui s’adressent aux enfants
    Le fonds documentaire jeunesse s’est enrichi d’une centaine d’ouvrages sur différentes thématiques (psychologie, estime de soi, confiance en soi, pathologies diverses, droits...)

Strasbourg

Espace Régional de Documentation Santé
03 88 14 33 23
espace-prevention.strasbourg@ cramam.cnamts.fr
erdoc@irepsalsace.org
Horaires d'ouverture :
du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00.
Le mercredi de 13h30 à 16h30.
Les après-midi sur rendez-vous.
Transports urbains :
TRAM - arrêt Marché aux Vins
Plan d'accès
Partenariat CRAM - CRES-IREPS Alsace

Metz

Espace Prévention
03 87 66 90 99
espace-prevention.metz@ cramam.cnamts.fr
Horaires d'ouverture :
du lundi au jeudi de 8h30 à 11h30 et de 13h30 à 16h30.
Le vendredi de 8h30 à 11h30.
Plan d'accès
Partenariat CRAM - CPAM de Moselle

Mulhouse

Espace Régional de Documentation Santé
CRES-IREPS Alsace
03 89 46 59 06
doc@cresalsace.org
Horaires d'ouverture :
sur rendez-vous du lundi au jeudi de 9h00 à 12h00
et de 13h00 à 17h00.
Partenariat CRES-IREPS Alsace - CRAM

A voir ou à revoir :